Éthique écoresponsable

ÉTHIQUE ÉCORESPONSABLE

La quête d’harmonie avec la nature et leur environnement presse les humains d’allier le geste à la parole. L’éthique du plein air alliée à l’éthique écoresponsable incarnent alors un idéal. Quiconque entreprend de réduire son empreinte sur les milieux naturels et sur l’environnement global doit s’aligner sur des balises fiables pour savoir quelles pratiques et quelles techniques adopter.

Impact liés aux préparatifs de sortie et au transport vers les sites récréatifs

Le concept d’empreinte écologique est apparu dans les années ’90. L’empreinte écologique est une mesure de la pression qu’exercent les humains sur l’environnement. On sait aujourd’hui que l’empreinte écologique mondiale a dépassé la capacité biologique de la Terre à produire nos ressources et à absorber nos déchets depuis le milieu des années ‘80. Cela signifie que l’on surconsomme déjà les réserves, en réalité en surexploitant les milieux.

Face à cet enjeu environnemental, toutes et tous se retrouvent devant la nécessité d’éviter, de limiter, de réduire et de compenser les impacts négatifs de l’ensemble de leurs activités.

En matière d’écoresponsabilité, les sept principes Sans trace©  contribuent depuis plus de quarante ans à diffuser universellement un message de conscientisation à l’égard de la protection des aires naturelles. Grâce à des progrès plus récemment introduits par les divers mouvements environnementaux, les pleinairistes peuvent désormais agir de manière encore plus responsable avant et après leurs activités. Ils se retrouvent enfin mieux outillés pour prendre des décisions qui tiennent compte de l’empreinte environnementale à chaque étape de leurs préparatifs, du choix de leur équipement et de leur transport.

Nouvellement, c’est au tour des promoteurs d’événements sportifs en plein air d’être interpellés. En effet, une nouvelle norme sociale est émergence quant à l’organisation et à l’encadrement des compétiteurs et des spectateurs. Il s’agit à la fois de minimiser les impacts environnementaux de la consommation et de réduire la pression directe exercée sur les sites naturels. 

Laisser les emplacements comme on les a trouvés. Éviter de creuser des tranchées pour les tentes, de construire des abris, des tables, des bancs, ou tout autre équipement rudimentaire. Si on enlève d’un site des roches de surface, des brindilles ou des cônes de conifères, les replacer avant de partir. Bien nettoyer les sites qui sont particulièrement endommagés et démanteler les installations inappropriées, telles que les emplacements multiples de feux de camp, ainsi que les tables et les bancs qui ont été construits. Garder ce message à l’esprit : « Les bons sites de camping se trouvent, ils ne se fabriquent pas ».

Dans bon nombre d’endroits, il est conseillé de laisser intactes les installations adéquatement placées et aménagées en toute légalité, comme des emplacements de feu de camp. Les démanteler abîmera davantage les lieux parce que d’autres personnes les reconstruiront avec de nouvelles roches, perturbant ainsi un autre site. Il est important de savoir évaluer toutes les situations que l’on peut rencontrer

C’est à partir des connaissances communiquées par les mouvements et les organisations qui militent pour une réduction des l’empreinte environnementale que De ville en forêt a formulé cette liste de principes. Dans bien des cas, nous avons procédé par essais et erreurs pour faire des recommandations appropriées aux activités en plein air. Ces balises viennent s’ajouter aux sept principes Sans trace© pour des décisions mieux avisées dans les préparatifs, le choix de l’équipement et le transport à l’aller et au retour des sorties en plein air.

Des principes d’écoconsommation et zéro déchet

S’équiper selon ses besoins

  • Bien évaluer ce dont on aura besoin pour s’alimenter, se protéger de la chaleur, du froid et des intempéries, se mettre à l’abri et être en sécurité en plein air.
  • Noter pour les prochaines fois la liste du matériel à prévoir et les quantités de nourriture selon ses besoins. Mettre cette liste à l’épreuve des saisons et des activités. 
  • Réfléchir aux autres options possibles pour s’équiper avant d’acheter.
  • Rechercher des facons de fabriquer, de réparer ou de convertir du matériel. 
  • Planifier, selon ses réels besoins, l’emprunt, l’échange, la location ou l’achat de matériel neuf ou usagé.
  • Faire conscienscieusement tout achat en tenant compte des critères suivants – exiger toute l’information requise auprès du détaillant ou du manufacturier  : 
    • l’empreinte et le cycle de vie 
    • la gestion des matières résiduelles
    • la quantité et la qualité de l’emballage 
    • la garantie
    • les options de réparation et la disponibilité des pièces de rechange
    • la provenance
  • Prévilégier l’achat local et les circuits les plus courts pour s’approvisionner.
  • Refuser tout objet promotionnel.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Entretenir, réparer et réutiliser

  • Entretenir son matériel et ses vêtements pour pouvoir les conserver longtemps.
  • Réutiliser de l’usagé en s’assurant que ce soit en toute sécurité.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Conserver l’eau

  • Conserver l’eau en ne la laissant pas couler inutilement. Remplir d’eau des bouteilles ou des sacs réutilisables.
  • Utiliser une quantité minimale de savon pour les laver même s’il est réputé biodégradable.
  • Conserver l’eau en surplus pour d’autres usages.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Réduire, valoriser et réemployer

  • Réduire la production de matières résiduelles à la source en se limitant au strict nécessaire et en optant pour des produits sans emballages superflus.
  • Viser une production mininale de déchets ultimes et les mettre au rebut de retour à la maison.
  • Trier les matières résiduelles, les rapporter pour la collecte sélective de sa municipalité, et optimiser leur valorisation.
  • Se renseigner régulièrement quant aux directives de sa municipalité pour la collecte sélective.
  • Trouver des manières de réemployer le matériel inutilisé.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Consommer moins de carburant et d’énergie

  • Opter pour des alternatives moins énergivores pour l’éclairage et la cuisine et diminuer sa consommation d’énergie.
  • Remplacer les piles régulières par des piles rechargeables.
  • Éliminer ou limiter l’usage de combustible émetteur de polluants et de particules fines pour la cuisine.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Compenser ses émissions

  • Adopter des mesures de compensation des émissions de gaz à effet de serre en s’adressant à un organisme fiable et certifié.
  • Recourir à un calculateur en ligne pour connaître le nombre de tonne à compenser pour ses déplacements motorisés.
  • Comptabiliser et compenser également l’empreinte carbone des activités numériques liées aux activités en plein air et à tout ce qui les entoure.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Demander de faire mieux

  • Acheter des produits et des services récréatifs et touristiques auprès d’entreprises qui affichent un engagement écoresponsable et qui communiquent des données crédibles quant à la réduction de leur empreinte écologique et environnementale.
  • Demander aux établissements de s’approvisionner et d’opérer de manière responsable et de mettre en place des mesures pour y sensibiliser leur clientèle.
  • Faire connaître sa préférence pour les entreprises qui exercent leur responsabilité environnementale et partager ses expériences positives.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Mettre l’épaule à la roue

  • Travailler bénévolement à l’aménagement durable ainsi qu’à l’entretien d’un sentier ou d’un autre lieu pour la pratique récréative ou touristique.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Contribuer et voter pour la conservation 

  • Contribuer à la collecte de fonds d’un organisme de bienfaisance pour l’acquisition de milieux naturels, les projets de conservation et l’intendance.
  • Participer bénévolement à la gestion et à l’opération d’une organisation agissant pour la conservation de la nature et leur fréquentation responsable.
  • S’informer et voter pour des partis qui dotent leur programme électoral d’objectifs de conservation des milieux naturels et de protection de la biodiversité.

Section en développement… l’information s’en vient. 

Connaître les sept principes Sans trace avant de partir

Les sept principes Sans trace ont été adaptés en quatorze versions pour les publics, activités récréatives non motorisées et environnements suivants (par ordre alphabétique): éthique internationale, enfants, chasse, descente de canyon, escalade, escalade de bloc, géocachette, hiver, milieux urbains et périurbains, pêche, randonnée, rivières, sites patrimoniaux, vélo de montagne.