Le programme Sans trace

Cette page s’adresse surtout aux groupes, organismes, municipalités et entreprises qui veulent savoir comment De ville en forêt peut les accompagner dans le déploiement événementiel, local ou territorial de l’éthique Sans trace.  

Nous faisons ici un survol rapide des ressources du programme Sans trace et des façons de les mettre au service des gens et des organisations d’ici. 

On construit sur du solide

L’éthique Sans trace propose une solution durable et à la source aux impacts cumulatifs des activités non motorisées dans les aires naturelles urbaines et sauvages. Elle est la pierre d’assise du programme Sans trace. Dès le départ, les concepteurs de ce programme ont su qu’il fallait miser sur l’éducation et l’appréciation de la nature pour entraîner des changements d’habitudes et de comportements chez les gens. Après plus de quatre décennies de croissance continue, les résultats prouvent toujours et encore qu’ils avaient vu juste. En 2017, seulement aux États-Unis, plus de 15 400 000 individus ont participé à des activités éducatives ou reçu de l’information en personne. La même année, plus de 32 000 autres individus ont consulté le site du Leave No Trace Center for Outdoor Ethics (LNTCOE) pour se documenter. De plus, des sondages récents auprès des gestionnaires de terres publiques montent la part que ces derniers attribuent au programme Sans trace dans l’amélioration de la situation dans les parcs. Et comme son succès d’estime ne s’est jamais démenti dans son domaine, l’éthique Sans trace est devenu le cadre de référence le plus populaire dans le monde.

Au Canada, la progression du Sans trace n’est malheureusement pas aussi bien documentée. Et même si au Québec on ne détient pas non plus de données précises, nous pouvons avoir au moins l’assurance que les guides et les autres professionnels du tourisme d’aventure et de plein air y sont initiés depuis plus de dix ans. 

Nous pouvons développer des contenus et des approches pour faciliter la découverte du programme Sans trace par les gens de votre milieu. Ensuite, nous pouvons aider votre groupe à examiner le potentiel des ressources les plus actuelles développées par le Leave No Trace Center for Outdoor Ethics. Nous sommes son partenaire au Québec. 

À l’étape d’envisager le déploiement de l’éthique Sans trace chez vous, nous vous offrons notre accompagnement dans la construction d’une démarche bien structurée. Celle-ci visera à intégrer les ressources du programme Sans trace à la formation du personnel, la communication avec vos publics et la programmation de votre organisation.

Un véritable espoir pour la jouissance, la santé et la protection du patrimoine naturel réside dans une intégration efficace du programme Sans trace dans tout parc ou autre aire naturelle urbaine ou sauvage.

Le concept Sans trace remonte aux années ′60 aux États-Unis alors qu’on commence à prendre la mesure des impacts biophysiques entraînés par une hausse de la fréquentation des aires protégées par une toute nouvelle population en quête d’activités récréatives. Au fil de la recherche, on a compris comment l’impact cumulé des activités en plein air venait altérer six composantes de l’environnement naturel et humain. On a aussi documenté les sources principales de pollution alimentées par ces activités. Le produit de toute cette recherche a été organisé en 7 principes d’action qui sont à la portée de quiconque passe du temps en plein air. 

La fréquentation de masse dans les aires naturelles continue sa progression et de manière extrêmement rapide. Et non seulement les gens sont-ils plus nombreux, mais ils détiennent davantage de moyens de repousser leurs limites physiques et de pénétrer encore plus profondément dans les territoires. L’effet combiné de ces facteurs est accentué par la pression environnementale sans précédent qui s’exerce sur l’ensemble des milieux naturels et les fragilise.

Les 7 principes Sans trace ont servi de pierre d’assise au programme Sans trace. Ce dernier s’est construit en intégrant les connaissances tirées de l’étude  des dimensions humaines et sociales des comportements adoptés par les visiteurs et les adeptes de plein air dans les parcs et les autres aires naturelles. Grâce à ses investissements majeurs dans la recherche, le Leave No Trace Center for Outdoor Ethics continue de perfectionner le programme Sans trace afin de le rendre toujours plus efficace dans l’éducation des publics à la fréquentation responsable des aires naturelles. 

> Six composantes de l’environnement altérées par l’impact cumulé des activités en plein air :

  • Impacts sur les sols : perte de matière organique, compactage, érosion
  • Impacts sur la flore : perte de végétation, introduction d’espèces envahissantes, dommages causés aux arbres et aux plantes
  • Impacts sur les ressources en eau : envasement, sédimentation, présence de savon et de matières fécales
  • Impacts sur la faune : dérangement, modification du comportement, dégradation de l’état de santé et de la capacité de reproduction
  • Impacts sociaux : effet de foule, conflits entre les groupes d’usagers, diminution de la qualité de l’expérience
  • Impacts sur le patrimoine culturel : vol ou atteinte aux éléments et aux artefacts culturels et historiques

> Sources principales de pollution :

  • Mégots de cigarettes, papier de toilette, mouchoirs de papier, gomme à mâcher
  • Contenants, emballages, déchets alimentaires
  • Attirail de pêche
Source : Leave No Trace Centet for Outdoor Ethics 

Source de l’infographie : Leave No Trace Centet for Outdoor Ethics 

Le programme Sans trace en est à plus de quatre décennies de recherche et de développement grâce à un formidable réseau de partenaires aux États-Unis. Des millions de dollars ont été investis dans la recherche scientifique, la formation, la sensibilisation et l’éducation des publics, ainsi que dans la restauration de sites à travers les cinquante États du pays.

> Impact environnemental et social

La recherche démontre que la stratégie éducative Sans trace réussit à améliorer, et de manière significative, les connaissances, l’éthique et le comportement en plein air :

  • Faune sauvage en meilleure santé, davantage prospère, entretenant moins d’interactions négatives avec les humains.
  • Réduction considérable des déchets.
  • Moins de dégradation des plantes indigènes et des espèces animales.
  • Connexion plus forte avec la nature et un plus grand sens de l’engagement envers sa protection chez les gens.

> Évaluation des gestionnaires

En 2016, on s’est adressé à un grand échantillon de gestionnaires d’aires protégées afin d’évaluer l’effet du programme. Ces gestionnaires en étaient en moyenne à leur dix-huitième année d’expérience d’implantation du programme Sans trace.

  • Plus de 35% de ces gestionnaires font face aux impacts majeurs suivants : dégradation de la végétation (45.2%), déchets (44.3%), introduction d’espèces envahissantes (43.3%), bruit (39.4%), impact des feux de camp (38.3%), dommages causés par les déplacements hors-sentier (36.2%), raccourcis (35.3%).
  • 72.8% estiment que les 7 principes Sans trace sont modérément ou extrêmement efficaces dans la réduction des impacts liés aux activités récréatives.
  • 44.8% jugent que la quantité de déchets abandonnés dans leur parc a diminué grâce au programme Sans trace.
Source : Land Manager Survey 2016 Results

> Visée du programme en 2018

Les ressources du programme Sans trace s’intègrent à plusieurs composantes des organisations soucieuses de l’efficacité du déploiement de l’éthique Sans trace sur leur site ou leur territoire. Cette préoccupation peut également être partagée par les promoteurs et les organisateurs d’événements d’envergure qui pourront alors procéder à la même intégration.

> Composantes auxquelles intégrer les ressources du programme et exemples des formes possibles de cette intégration : 

LA FORMATION DES GESTIONNAIRES, DES ÉQUIPES DE TRAVAIL, DES BÉNÉVOLES 

Trois paliers de formation selon la structure de formation Sans trace

– Atelier de développement professionnel

– Cours Ambassadrice et Ambassadeur

– Cours Maître instructrice et Maître instructeur 

LA PROGRAMMATION

– Animation d’ateliers de sensibilisation + Animation d’activités de sensibilisation

En formats variés, pour divers publics, dans différents écosystèmes sur le site, à chaque saison, adaptés aux activités récréatives non-motorisées pratiquées sur le site 

– Participation des publics à des actions de conservation ou de restauration sur le site 

Occasion d’information et sensibilisation aux 7 principes Sans trace

LA COMMUNICATION 

– Affichage et signalisation Sans trace sur le site 

– Messages Sans trace généraux et spécifiques sur les autres supports de communication

– Interprétation selon les caractéristiques, problèmes et défis particuliers du site

> Exemples de bonnes pratiques

Il y a des organismes se sont déjà démarqués par leurs efforts d’intégration du programme Sans trace à leur programmationC’est le cas notamment à la Coopérative de solidarité Vallée-Bras-du-Nord ou du Camp Quatre Saisons qui poursuivaient des objectifs d’éducation et de protection de l’environnement. À partir de leur témoignage, on comprend qu’on a choisi de procéder en posant les gestes suivants : 

  • former le personnel à l’éthique Sans trace ou engager des éducateurs Sans trace déjà qualifiés ;
  • programmer des activités éducatives pour des publics bien ciblés ;
  • impliquer ces publics dans la protection du site ;
  • communiquer de diverses façons le message Sans trace et son interprétation pour le milieu.

> À la Coopérative de solidarité Vallée-Bras-du-Nord

  • La Coopérative de solidarité Vallée-Bras-du-Nord «est considérée par le milieu professionnel comme celle ayant la démarche de développement durable la plus aboutie et la plus intégrée». Le programme Sans trace a justement été l’un des instruments de cette réussite. 
  • «Depuis 2015, en collaboration avec la Fondation ALCOA, nous avons mis de l’avant différentes offres en lien avec l’éducation à l’environnement et à l’écocitoyenneté. Ce volet se décline de plusieurs façons et est présent dans différents projets mis de l’avant par notre coopérative.»
Source : Tranquart, Manu (2013). Opérationnalisation des projets écotouristiques : Quelle ingénierie pour favoriser la durabilité environnementale ?
Consulté sur internet (2018) : Coopérative de solidarité Vallée-Bras-du-Nord  

Au Camp Quatre Saisons 

  • «Pour réduire notre impact sur le milieu naturel ! Nous sommes fiers de vous annoncer officiellement que le Camp Quatre Saisons est partenaire de Sans trace Canada. Chacun des membres du personnel employé au camp est formé afin de sensibiliser les invités du Camp Quatre Saisons à l’importance de minimiser l’impact de notre présence en pleine nature. Chaque participant d’un séjour au camp reçoit un «Certificat jeunesse» pour souligner ses habiletés et son adhésion à cette éthique du plein air. Cette formule se veut une action concrète qui accroît les bonnes pratiques environnementales en vigueur au Camp Quatre Saisons.»
  • «Le Camp Quatre Saisons s’est démarqué en 2009 avec deux projets finalistes pour les prix d’excellence de l’Association des Camps du Québec, dont l’Activité jeunesse du programme Sans trace. L’idée de développer des activités du programme Sans trace est selon nous la meilleure façon de bien sensibiliser les jeunes, car en utilisant le jeu comme moyen d’éducation, les usagers du camp prennent plaisir à accroître leurs connaissances. Les modules de jeux que nous avons intégrés à notre programmation ont permis à nos écoliers et campeurs qui séjournent au camp d’expérimenter tout en s’amusant les principes de ces principes éthiques en plein air. Voilà un bel exemple de l’implication du camp pour faire valoir les bonnes pratiques environnementales en plein air.»
Consulté sur internet (2018) : Camp Quatre Saisons

Venue des États-Unis, le Sans trace a entamé sa percée au Québec plus ou moins à partir de 2004. Ce fut en très grande partie parce qu’on avait commencé à intégrer les 7 principes Sans trace à la formation des intervenants en plein air et tourisme d’aventure, et que par la suite ces professionnels ont essaimé partout au pays. Exerçant leur influence dans leur sphère respective, ils contribuent à faire connaître le Sans trace jusqu’à aujourd’hui.

L’organisme sans but lucratif Sans trace Canada / Leave No Trace Canada (STC) a été fondé en 2008 par un groupe de ces acteurs convaincus au Québec et ailleurs au Canada. Aventure Écotourisme Québec, Mountain Equipment Coop (MEC) et la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) étaient du nombre. Il est devenu l’un des quatre piliers à l’international du LNTCOE, les autres sont l’Australie, l’Irlande et la Nouvelle-Zélande. 

STC est présentement en processus de restructuration. Son mandat a toujours été de développer «un réseau canadien de partenaires désireux de contribuer à la promotion de l’usage responsable de nos aires naturelles afin qu’elles demeurent à jamais des lieux propices à l’émerveillement, à l’inspiration et à l’exploration». Il est notamment responsable de maintenir le standard de qualité du programme de formation. À ce titre, il exige des aspirants éducatrices et éducateurs qu’ils suivent la formation requise auprès des fournisseurs ou entrepreneurs autorisés et qu’ils régularisent leur statut avant de dispenser des cours. STC reconnaît De ville en forêt comme son fournisseur autorisé au Québec. De plus, STC vend également le matériel servant à la promotion et à la transmission des 7 principes Sans trace. Enfin, il fait respecter les droits d’utilisation du logo. Ainsi toute entreprise ou organisation voulant afficher son adhésion à l’éthique Sans trace doit d’abord devenir partenaire de STC. 

Aujourd’hui, l’éthique Sans trace fait officiellement partie du programme de formation des guides et des autres professionnels du tourisme d’aventure et de plein air. D’autre part, il est relayé dans les milieux associatifs et professionnels, tels qu’Aventure Écotourisme Québec, la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade, la Fédération québécoise du camping et du caravening ou l’Association des scouts du Canada etc. 

On peut observer que les 7 principes Sans trace ont fait leur chemin sous la forme des conseils qui sont couramment transmis par les professionnels, les organismes et les entreprises à leur clientèle. D’ailleurs, des organismes d’envergure, telles que le Sentier international des Appalaches ou la Sépaq, ont intégré les 7 principes à l’information qu’ils mettent à la disposition du public. Et en bons citoyens corporatifs, on a vu des chaînes de détaillants faire leur part pour y sensibiliser leurs clients. 

Nous pouvons vous aider à formuler les messages Sans trace pour vos publics et imaginer des manières originales de les faire passer. Ce sont des messages que vous afficherez sur le site ou d’autres supports de communication, tels que : présentation des 7 principes, information sur les aménagements, conseils, interprétation selon les caractéristiques, problèmes et défis particuliers du site, récits etc.

Vous pouvez nous confier la recherche et le tri de l’information parmi le matériel éducatif, la documentation scientifique et la collection de bonnes pratiques disponibles en lien avec la réduction d’impact. 

Les 7 principes sont tout simples. Ainsi il est facile pour tout le monde de les transmettre aux autres. 

> Les 7 principes Sans trace©

  1. Préparez-vous et prévoyez
  2. Utilisez les surfaces durables
  3. Gérez adéquatement les déchets
  4. Laissez intact ce que vous trouvez
  5. Minimisez l’impact des feux
  6. Respectez la vie sauvage
  7. Respectez les autres usagers

Les 7 principes Sans trace

Les 7 principes Sans trace transmettent un message simple, universel et cohérent en ce qui a trait au comportement attendu des visiteurs dans les aires de nature. Ces 7 principes sont fondés sur une éthique de la responsabilité envers le monde naturel et à l’égard des autres usagers dans les aires naturelles. Ils sont également construits sur une base scientifique solide.

Les 7 principes Sans trace visent à réduire au minimum l’empreinte écologique des visiteurs dans les aires naturelles quelle que soit la façon qu’ils choisissent d’y passer du temps. On cherche également à rehausser la qualité de leur expérience.

Les principes fournissent des balises à la portée des visiteurs de tout âge et degré d’expérience. Ils sont cohérents avec la réglementation généralement en vigueur dans les parcs et les autres milieux protégés. À l’aide de ces balises, les visiteurs sont mieux outillés pour prendre des décisions de manière autonome chaque fois qu’ils se retrouvent dans une situation où ils sont susceptibles de causer un tort à l’environnement naturel ou humain. Ces balises les aident à :

  • repérer les risques d’impact ;
  • évaluer les conséquences de leur comportement sur la nature et les autres usagers ;
  • identifier leurs options ;
  • choisir, parmi leurs options, le moins comportement à adopter pour éliminer ou minimiser ces risques d’impact. 

Ces balises s’accompagnent de techniques de réduction des impacts qui ont été éprouvées dans les différents écosystèmes. Des conseils sont fournis pour prévoir le matériel requis.

On peut envisager la pratique des 7 principes Sans trace comme un continuum vers l’atteinte d’un idéal. Entre l’atteinte de cet idéal et le laisser-faire, les personnes sont tout simplement encouragées à poser au moins un premier geste leur permettant de réduire leurs impacts sur la nature. Graduellement, elles pourront opter pour toute une nouvelle série d’habitudes à empreinte minimum. Elles pourraient même chercher éventuellement à rendre les sites qu’elles fréquentent pour leurs activités récréatives dans un meilleur état que celui dans lequel elles les ont trouvés.

Les 7 principes  sont la pierre d’assise du programme Sans trace. Celui-ci mise entre autres sur l’information, l’éducation et l’appréciation de la nature pour déclencher un processus  de changement volontaire chez les gens. La bonne nouvelle, selon les résultats illustrés sur le graphique ci-contre, c’est qu’une proportion très élevée des problèmes occasionnés par le comportement des visiteurs dans les aires naturelles serait causée par le manque d’information. Il n’y aurait que dans le cas des gestes illégaux ou des impacts inévitables que l’information n’aurait que peu de valeur.

  
© 1999 by the Leave No Trace Center for Outdoor Ethics : www.LNT.org // Adaptation française de Sans trace Canada : www.sanstrace.ca

La carte de référence standard des 7 principes Sans trace a été adaptée en quatorze versions pour les publics, activités récréatives non motorisées et environnements suivants (par ordre alphabétique) : éthique internationale, enfants, chasse, descente de canyon, escalade, escalade de bloc, géocachette, hiver, milieux urbains et périurbains, pêche, randonnée, rivières, sites patrimoniaux, vélo de montagne.

Une quinzième carte de référence traite d’un art de la communication propre à l’éthique Sans trace connu sous le nom «Authority of the Resource Technique».

Consultez le contenu de la carte standard

 

 

> Matériels éducatifs 

Un tas de ressources et des trousses éducatives ont été élaborées pour transmettre et enseigner les 7 principes Sans trace dans une multitude de contextes et auprès d’une variété de publics. Certaines sont d’usage libre. D’autres sont vendues en ligne.

Découvrez des activités et des outils éducatifs gratuits

Commande en ligne auprès de Sans trace Canada

Commande en ligne auprès du Leave No Trace Center for Outdoor Ethics

Aux États-Unis, un vaste réseau de partenariat s’est constitué autour du LNTCOE et sa communauté d’adhérents est extrêmement active. À l’international, le réseau du LNTCOE compte quatre organisations d’envergure nationale dans les pays suivants : Australie, Canada, Irlande et Nouvelle-Zélande. Des organisations indépendantes diffusent le message Sans trace dans plus de quatre-vingt-dix pays. Des éducatrices et éducateurs Sans trace qualifiés voyagent et travaillent partout dans le monde.

Avec la pression qui s’accroît partout sur la nature, des zones urbaines à l’arrière-pays, le besoin est de plus en plus pressant de fournir aux visiteurs, touristes, pleinairistes des balises claires quant aux façons de se recréer en nature tout en minimisant leur empreinte. Grâce à grande démocratisation, une banque de ressources éducatives gratuites est accessible en ligne pour communiquer ces balises et appuyer l’adoption de nouvelles habitudes mieux adaptées aux limites de la capacité de support des milieux naturels. Peu à peu, on voit apparaître  sur les réseaux sociaux du matériel éducatif produit en français au Québec. 

Le message central reste généralement le même quelque soit le sujet, le principe ou la technique Sans trace qui est abordé. Le ton est à l’éducation, l’appréciation de la nature et l’inspiration. Jamais à l’imposition d’un code et d’une réglementation. Voici les composantes utiles à intégrer aux messages. 

> Le but

  • Un tout petit geste vaut mieux que de ne rien faire du tout pour limiter l’effet cumulatif des impacts.
  • Laisser un site dans un meilleur état que celui dans lequel on l’a trouvé, c’est quand même l’idéal.
  • Et entre ces deux pôles, notre but, c’est de faire le mieux possible pour éliminer les impacts qui sont évitables et pour minimiser les impacts inévitables.

> Le processus de décision

  • Quels sont les risques que mon comportement laisse une empreinte ?
  • Quels en seraient les conséquences sur l’environnement naturel et humain ?
  • Quelles sont mes autres options ?
  • OK à une alternative, quelles sont mes balises de décision ?

> Les 7 principes Sans trace©

  1. Préparez-vous et prévoyez
  2. Utilisez les surfaces durables
  3. Gérez adéquatement les déchets
  4. Laissez intact ce que vous trouvez
  5. Minimisez l’impact des feux
  6. Respectez la vie sauvage
  7. Respectez les autres usagers

Les 7 principes Sans trace

> Deux exemples de matériels éducatifs

Des techniques et des pratiques d’empreinte minimum sont enseignées par des éducatrices et éducateurs du LNTCOE. Les capsules ont été tournées dans une diversité d’environnements de plein air.

 

 

 

 

 

 

 

Dans cette vidéo, le National Park Service américain sensibilise les visiteurs aux 7 principes Sans trace et à leur importance pour la préservation du caractère naturel des parcs pour les prochaines générations. Cette vidéo n’est malheureusement pas disponible en version française.

Les 7 principes Sans trace ont été établis sur une base scientifique. Ce sont d’abord les sciences naturelles, qui ont aidé à comprendre les différentes formes de pression que faisaient subir les activités de récréation aux écosystèmes. En combinant ces données aux pratiques éprouvées sur le terrain, on est ensuite parvenu à recommander des comportements et des techniques pouvant minimiser, sinon  empêcher, les impacts de plusieurs activités récréatives non motorisées. De nouvelles recommandations sont régulièrement émises en raison de la montée en popularité de certaines activités ou encore d’équipements qui font leur apparition sur le marché.

La base scientifique sur laquelle se fondent les 7 principes Sans trace prend continuellement de l’expansion. Dans les recherches en cours, on s’intéresse particulièrement aux dimensions humaines, et donc aux attitudes, motivations, croyances qui favorisent ou non l’adoption d’une approche plus responsable. On examine aussi le lien entre les pratiques de gestion des gestionnaires et le changement de comportement chez les visiteurs. En raison de la hausse vertigineuse de la fréquentation, et des autres pressions environnementales qui viennent fragiliser encore davantage les milieux naturels, il est vraiment important d’avoir accès à des données fiables.

Comme la recherche demeure une composante essentielle du programme Sans trace, nous nous faisons un devoir de bien suivre les nouveaux développements afin de pouvoir en informer nos clients. Dans les cours Sans trace, ces fondements scientifiques sont d’ailleurs sommairement exposés aux futurs éducatrices et éducateurs afin qu’ils puissent les faire connaître à leur tour.

Le LNTCOE s’associe entre autres à ses partenaires des milieux académiques et des organisations gestionnaires de terres publiques pour approfondir les divers enjeux relatifs aux dimensions humaines, sociales et écologiques de la fréquentation des aires naturelles. L’organisme vient de mettre à jour le répertoire de ses plus récentes recherches. On recommande les consultations suivantes à celles et ceux qui sont intéressés à creuser le sujet.

Consultez les plus récents résultats d’intérêt pour les gestionnaires et les entrepreneurs

Leave no Trace Focused-Research • Research & Implications

Nous pouvons animer des ateliers de sensibilisation pour le compte de votre organisation. Ces ateliers s’adresseront autant aux gens qui découvrent pour la première fois les beautés d’un parc qu’aux pleinairistes experts qui se sont pris d’un engouement inégalé pour un site.

Nous pouvons aussi aider votre organisation à atteindre le niveau d’autonomie recherché en dispensant chez vous l’une ou l’autre des activités de la structure de formation du programme Sans trace.

Le programme Sans trace a l’ambition de former le plus grand nombre des meilleurs éducatrices et éducateurs Sans trace possible. Le programme les prépare à communiquer, transmettre et interpréter les 7 principes Sans trace© pour entraîner un véritable changement dans les habitudes et les comportements des visiteurs et des adeptes de plein air dans les parcs et les autres aires naturelles.

Le programme de formation vise à faire des 7 principes Sans trace une solution efficace au problème de l’impact cumulé des activités de récréation sur les aires de la façon suivante :

  • En dispensant une formation uniforme, de qualité et en toute sécurité à toute participante et tout participant.
  • En offrant une structure de formation facile à implanter de manière à encourager tous les efforts en ce sens.
  • En préparant et outillant les participants à être les meilleurs éducatrices ou éducateurs Sans trace possible.

Typiquement, la formation s’adresse à tout intervenant, guide ou éducateur, dans le tourisme, le loisir ou le sport en plein air, soucieux d’atteindre une norme environnementale supérieure dans l’exercice de son métier. Elle concerne également les gestionnaires et les entrepreneurs qui veulent faire de l’éducation à l’empreinte minimum une partie intégrante de l’expérience qu’ils offrent à chacun de leurs visiteurs ou de leurs clients.

Le programme se compose de trois paliers de formation : l’atelier de sensibilisation, le cours Ambassadrice et Ambassadeur, le cours Maître instructrice et Maître instructeur. Le programme est structuré de manière à faire progresser les éducateurs d’un palier à l’autre et de les encourager à animer des ateliers et des cours à leur tour.

Aux États-Unis seulement, le réseau d’éducateurs Sans trace compte plus de 8 000 maîtres instructeurs et plus de 45 000 ambassadeurs. Selon une évaluation récente du Leave No Trace Center for Outdoor Ethics, 89% des maîtres instructeurs et 94% des ambassadeurs enseignent l’éthique Sans trace à la suite de leur formation.

La National Outdoor Leadership School et le Leave No Trace Center for Outdoors Ethics sont à l’origine du programme de formation des éducatrices et des éducateurs Sans trace. Ils ont publié le Leave No Trace Master Educator Handbook (2015) qui établit les normes de formation les plus actuelles. Tout le programme est basé sur une approche participative et expérientielle.

Au Canada, Sans trace Canada confie la livraison du programme de formation à son réseau de fournisseurs autorisés et de maîtres instructrices et maîtres instructeurs en règle. Sans trace Canada sanctionne la réussite des participantes et des participants et fait respecter les normes de formation.

Cet atelier se situe au premier palier de la structure de formation du programme Sans trace. Il s’agit d’un atelier d’une journée complète, ou encore d’une activité participative de plus courte durée.

Un atelier peut être personnalisé. En effet, il existe du matériel éducatif s’adressant à tous les publics, et, en plus, deux trousses éducatives ont été conçues pour transmettre les 7 principes Sans trace auprès des jeunes de 6 à 18 ans, à l’école, au camp ou au club. Par ailleurs, il est généralement possible d’ajuster l’atelier aux intérêts particuliers des participants puisque les 7 principes Sans trace sont disponibles dans les quatorze versions suivantes (par ordre alphabétique) : éthique internationale, enfants, chasse, descente de canyon, escalade, escalade de bloc, géocachette, hiver, milieux urbains et périurbains, pêche, randonnée, rivières, sites patrimoniaux, vélo de montagne.

Nous mettons deux formats d’atelier de sensibilisation d’une journée à la disposition des groupes et des organisations. Chaque format vise son propre objectif.

> Pour introduire les 7 principes Sans trace auprès de la population, des membres, de la clientèle :

Atelier de sensibilisation

> Pour faire connaître les 7 principes et techniques Sans trace aux équipes de travail ou de bénévoles et les préparer à exploiter les ressources éducatives du programme dans leur milieu :

Atelier de développement professionnel

Ce cours de deux jours se situe au palier intermédiaire de la structure de formation du programme Sans trace. Il s’ajuste en fonction des environnements dans lesquels les groupes ou les équipes de travail sont appelés à évoluer. Le cours se déroule en très grande partie ou totalement à l’extérieur. Le cours pour l’arrière-pays comprend une nuit en camping rustique.

Cours Ambassadrice et Ambassadeur pour l’arrière-pays

Cours Ambassadrice et Ambassadeur pour milieu urbain ou périurbain

Dans ce cours, les participants se consacrent à mieux comprendre les fondements éthiques et scientifiques des 7 principes Sans trace en fonction des divers écosystèmes dans lesquels ils pratiquent leurs activités de récréation. Ils s’exercent aux techniques de l’impact minimum. Par-dessus tout, ils développent leur compétence à transmettre ces principes et à inspirer un changement de comportement et d’habitudes auprès des adeptes de plein air qu’ils accueillent, encadrent ou accompagnent en plein air. 

Dans le but de consolider ses apprentissages, chaque participante ou participant conçoit un atelier portant sur un principe Sans trace et participe à la planification d’un repas en équipe. La présentation de l’atelier et la préparation du repas en équipe sont évaluées à des fins de formation durant le cours, mais le travail préparatoire s’effectue dans les semaines précédentes.

Ce cours se situe au palier supérieur de la structure de formation du programme Sans trace. D’une durée de quatre à cinq jours sur le terrain, il inclut un minimum de trois nuits en camping rustique.

Cours Maître instructrice et Maître instructeur

Dans ce cours, les participantes et participants se consacrent à approfondir l’éthique Sans trace et les fondements scientifiques des 7 principes Sans trace. Ils s’appliquent à maîtriser les techniques d’empreinte minimum recommandées dans les divers écosystèmes et à toutes les étapes d’un séjour en nature.

De plus, ce cours accorde une grande importance à l’art de la communication, de la transmission et de l’interprétation des 7 principes Sans trace auprès de tout type d’auditoire et dans les contextes les plus variés. Aussi, les participants conçoivent et présentent deux ateliers Sans trace qui sont évalués en groupe. Les participants sont également initiés à la méthode «The Authority of The Resource Technique» afin de perfectionner leur mode d’intervention dans les situations plus délicates.

Nous utilisons le terme «maître instructeur» plutôt que l’appellation  «moniteur» qui a été adoptée par Sans trace Canada. Se rapprochant davantage de l’appellation originale «master educator», ce terme est en vogue dans certains milieux francophones.

De ville en forêt est habilité à agir comme formateur indépendant et fournisseur autorisé pour le programme Sans trace. Nous faisons partie du réseau international du Leave No Trace Center for Outdoor Ethics et du réseau québécois de Sans trace Canada.

Les 7 principes Sans trace ©1999 by the Leave No Trace Center for Outdoor Ethics : www.LNT.org // Adaptation française de Sans trace Canada : www.sanstrace.ca