Engagement social et environnemental

Nous posons chaque geste professionnel avec un grand sens de la responsabilité sociale et environnementale. Et nos efforts pour améliorer la qualité de la vie pour la société et les autres espèces vivantes ne s’arrêtent pas là. En effet, notre petite entreprise engage des ressources humaines et financières supplémentaires dans des initiatives qui tendent à valoriser et à préserver les parcs et leur environnement plus large.

Coexister

Innover

Collaborer

Reboiser

Compenser

« L’espoir de l’avenir, il est dans la nature et dans les hommes qui restent fidèles à la nature. »

Félix-Antoine Savard – Le Barachois

Nous visons à abaisser les entraves à l’accessibilité des services que nous livrons en milieu naturel. Notre Boutique accessible présente les services dont nous pouvons garantir l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite dans les parcs en zones urbaines ou régions plus éloignées.

Nous pouvons envisager d’autres accommodements dans les parcs dont les installations répondent aux critères d’accessibilité universelle. Dans d’autres cas, il s’agira tout simplement de réaménager le parcours. N’hésitez pas à en discuter avec nous.

Nous offrons une inscription gratuite à la personne qui accompagne une cliente ou un client à mobilité réduite.

L’Université de Montréal s’implique et se positionne comme un leader en gestion de la biodiversité. Elle a une responsabilité quant à la biodiversité qu’elle abrite de par sa position dans l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal ainsi que par sa mission éducative. 

Le contexte du boisé ouvre un champ de pilotage pour un projet d’envergure qui pourrait s’étendre aux parcs du Québec. On vise la création d’un cadre structurant l’implantation du Sans trace pour les espaces naturels.

Nous participons à l’encadrement de ce projet dans le cadre des travaux dirigés de Morgan Chelihi à l’unité du développement durable de l’UdeM.

Le transport actif, le transport commun et le covoiturage sont des alternatives indispensables à l’utilisation individuelle des véhicules. Dans le but de faciliter le transport collaboratif, nous encourageons le recours à la plateforme en ligne et mobile Amigo Express. En mettant en contact des conducteurs et des passagers, AmigoExpress offre un mode de transport abordable, écoresponsable et sécuritaire.

Grâce à notre partenariat avec Amigo Express, nous créons sur mesure une plateforme exclusive de contact entre les personnes disposées au covoiturage chaque fois que nous organisons une activité dans un parc de l’arrière-pays. Amigo Express applique des frais d’abonnement et d’utilisation raisonnables. Nous n’en retirons aucun avantage pécuniaire.

Selon les Amis de la montagne, plusieurs problématiques d’usage qui sont observées dans le parc du Mont-Royal résultent d’une combinaison de l’évolution du comportement des usagers et de la fréquentation et de l’utilisation intensive des lieux. La dégradation des milieux naturels par l’activité humaine nuit inévitablement à la santé des écosystèmes du mont Royal. 

La montagne est également exposée aux changements climatiques. Ceux-ci entraînent un réchauffement ainsi que l’accroissement du nombre d’événements extrêmes ayant un impact sur la forêt.

L’agrile du frêne cause la mort de milliers d’arbres. Nous plantons des arbres avec les Amis de la montagne dans le but de repeupler la forêt.

Nous avons opté pour le plan Forêt modèle du Lac-Saint-Jean de Carbone Boréal pour le calcul et la compensation des émissions produites par les déplacements motorisés induits par nos activités dans les parcs. Bien que notre dépendance soit très limitée, il arrive que nous devions à l’occasion faire appel à la location d’une voiture.

Tout en permettant la compensation de gaz à effet de serre par la séquestration biologique du carbone, le projet permet d’expérimenter différents types de pratiques novatrices d’aménagement forestier. Selon Carbone Boréal, l’atteinte du plein reboisement de ces sites peu productifs à l’heure actuelle est une avenue qui peut permettre de maintenir un certain niveau d’emploi pour les communautés forestières.