Écoresponsabilité

L’écoresponsabilité découle en grande partie d’une prise de conscience quant à l’impact des choix de consommation. Elle gagne tous les secteurs. C’est donc sans surprise que les athlètes et les promoteurs d’événements sportifs se mettent à leur tour à troquer des habitudes dont le coût environnemental est devenu trop lourd pour des alternatives plus responsables. Le Mode d’emploi pour des courses écoresponsables, publié par l’organisme Équiterre, encourage tout le monde de la course à emboîter le pas.

Mais qu’en est-il de la viabilité de la nature dans les parcs et des autres aires protégées ? Et que penser de la responsabilité des sportifs, des entrepreneurs et de toutes les autres parties prenantes à cet égard ? À l’évidence, la capacité de support des milieux naturels a déjà été dépassée sur plusieurs sites pour quiconque ouvre les yeux sur la perte de végétation, l’érosion ou d’autres effets cumulatifs des entraînements et des rassemblements massifs sur des surfaces non aménagées ou non durables. L’avancement de la dégradation force déjà des gestionnaires à limiter l’accès partiel ou total aux aires naturelles les plus fragilisées. Inévitablement, elle aura pour effet de faire perdre leur attractivité pour la course à plusieurs sites surexploités.

La tendance n’est pas irréversible. Une vision de l’écoresponsabilité dans le loisir et le sport en plein air qui formulerait des engagements à l’égard de la préservation des milieux naturels irait dans la bonne direction. Il semble que le Québec tarde à faire cette avancée.

Chez De ville en forêt, nous savons que des balises adéquates sont nécessaires pour façonner une nouvelle norme écoresponsable. Selon nous, cette norme devrait également prévoir l’adoption de comportements mieux avisés dans les milieux naturels afin de soulager la pression qui y est exercée et favoriser la cohabitation entre les usages sportifs et sociaux. Aussi, nous nous préparons à livrer un ensemble de principes, techniques et pratiques bien étayés à la communauté des coureuses et des coureurs en sentier qui seront désireux de réduire leur empreinte lors de leurs entraînements et compétitions.

Abonnez-vous à notre infolettre pour vous tenir au courant des développements. Ou encore mieux, appelez-nous pour en parler.

Nous nous préparons à livrer des principes, techniques et pratiques bien étayés pour réduire l’empreinte des entraînements et des compétitions sur les milieux naturels. 

Des coureuses et des coureurs ont fait la preuve de la validité des 7 principes Sans trace© dans le contexte de la course en sentier. Nous nous alignerons nous aussi sur le Sans trace pour apporter des réponses aux questions suivantes : 

  • Quels impacts éviter ?
  • Comment reconnaître les risques, évaluer les options, choisir la meilleure alternative dans chaque situation typique de la course en sentier ?
  • Quels préparatifs ajouter à la routine des coureuses et des coureurs ?

Les 7 principes Sans trace STANDARD

Des coureurs bien renseignés quant aux moyens concrets de limiter leur empreinte vont y recourir. 

Ce graphique montre qu’une proportion très élevée des problèmes occasionnés par le comportement des individus dans les aires naturelles est causée par le manque d’information. Il n’y aurait que dans le cas des gestes illégaux ou des impacts inévitables que l’information n’aurait que peu de valeur.

Les balises que nous nous apprêtons à partager à la ronde viendront combler un déficit de connaissances chez les coureuses et les coureurs en ce qui a trait aux risques d’impact dans les sentiers et aux options pour les minimiser. 

Les coureuses et les coureurs vont pouvoir prendre des décisions en toute autonomie en se basant sur des données scientifiques et des pratiques éprouvées.

Ce sont les comportements des adeptes de la course qui déterminent si l’empreinte de leur activité sera plus ou moins grande sur les sentiers. On peut envisager la pratique du Sans trace comme un continuum vers l’atteinte d’un idéal. Au départ, les coureurs sont encouragés à adopter au moins un nouveau geste leur permettant de réduire les impacts sur la nature. Graduellement ils pourront opter pour toute une nouvelle série d’habitudes à empreinte minimum. Éventuellement ils chercheront à rendre les sites d’entraînement et de compétition dans un meilleur état que celui dans lequel ils les ont trouvés.

Les 7 principes Sans trace© sont le produit de plus de quatre décennies de recherche et d’innovation. 

© 1999 by the Leave No Trace Center for Outdoor Ethics : www.LNT.org // Adaptation française de Sans trace Canada : www.sanstrace.ca